Accueil >> Actualité >> Groupe scolaire Anatole France à Saint-Denis

Groupe scolaire Anatole France à Saint-Denis

Passage de la harpe

Maître d’oeuvre : Fabienne Bulle
Maître d’ouvrage : ville de Saint-Denis
Programme : restructuration et extension d’un groupe scolaire ; restauration ; centre de loisirs
Certification : niveau BBC-Effinergie
Surface : Surface (neuve) : 2 305 m2 Surface (réhabilitée) : 1 259 m2
Coût : 7,5 M d’ € HT
Livraison : Novembre 2014
Photo : © Fabienne Bulle


Construites en 1890 selon les sacro-saints principes « Jules Ferry » et les caractéristiques de cette époque-ci, les écoles « filles » et « garçons » d’abord, « élémentaire » et « maternelle » ensuite, ont connu des transformations successives. La plus conséquente concernant l’implantation (en 1995), en cœur de site, d’un restaurant scolaire associé à un centre de loisirs. Le groupe scolaire présente donc un double programme dont les écritures architecturales se trouvent très distinctes. L’enjeu du projet d’extension de l’école Anatole France était d’en unifier les écritures tout en offrant une nouvelle identité. La création d’un espace public, offert à la circulation à sens unique et à vitesse contrôlée, concentre tous les accès au groupe scolaire. Équipé de larges trottoirs associés à des espaces tampons pouvant loger deux dépose-minute (maternelle et élémentaire), une aire de livraison (office) et une ligne de stationnement vélos, cet espace public contribue à l’identification d’un lieu unique. Le projet d’extension de l’école met en relation les différentes entités existantes, en créant une longue façade trait d’union. Une façade qui se dessine en bois et verre et se dote de tous les outils nécessaires à sa protection solaire. Sur l’espace public, devenu parvis d’accès, la façade présente une double peau ventilée intégrant un store d’occultation et là une orée de fins rondins de bois de châtaignier faisant office de brise-soleil, et par ailleurs volontairement rehaussée pour agir en limite protectrice de la cour des petits. Cette cour se développe avantageusement au R+1, en façade sud, à l’abri de toute agitation urbaine ou scolaire. La façade se retourne latéralement le long d’un axe structurant. Elle offre une tout autre modénature : façade parée d’une seconde peau de brique – matériau de prédilection de Jules Ferry mais proposant une mise en œuvre contemporaine. La seconde peau de brique se retourne en toiture, jusqu’à étirer une ligne de faîtage qui s’inscrit dans le prolongement de celle des bâtiments existants, avant de s’achever à mi-parcours à l’aplomb d’une terrasse végétalisée. Un tel dispositif, s’il donne l’idée du toit, en offre essentiellement une écriture moderne avec notamment un comble utilisé comme «  volume de lumière  ». Superposés l’un l’autre, les deux nouveaux restaurants s’offrent de beaux volumes, l’ampleur des paravents acoustiques ajourés de 3 m de haut contrôle le niveau sonore. La brique est ici exploitée dans un jeu de pleins et de vides qui se dessine tel un damier. Un damier aux modules de 35 x 110 cm, que porte une structure bois (associée à de fins tubes sur lesquels viennent s’enfiler les briques). Un damier qui laisse pénétrer la lumière, autorise les vues, tout en contrôlant l’ensoleillement et ses effets thermiques sur le bâtiment. Un damier, enfin, qui a surtout pour effet de jeter sur les sols et murs des lignes de lumière, ici dans les classes de la maternelle et là dans les circulations de l’élémentaire. Ludiques et mouvantes, celles-ci accompagnent alors l’enfant dans son évolution au quotidien tout comme elles lui signifient son passage d’une école à l’autre.

Voir en ligne : Retrouvez nos références sur Saint-Denis

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 2/11/2015

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous