Accueil >> Actualité >> Maison d’éducation de la Légion d’honneur

Maison d’éducation de la Légion d’honneur

Extension de bâtiment

Rue de la Légion d’Honneur

Maître d’oeuvre : Belus & Henocq Architectes
Maître d’ouvrage : Grande Chancellerie de la Légion d’honneur
Programme : Création d’un bâtiment d’hébergement (61 chambres) et d’enseignement
Certification : Projet pilote bâtiment bas carbone, association BBCA
Surface : 2257 m²
Coût : 3,9 M d’ € HT
Livraison : 2015
Photo : © Belus & Henocq Architectes


Ce bâtiment d’hébergement et d’enseignement se situe au centre de Saint-Denis, en voisinage direct de la basilique, dans le parc classé de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur. Dans ce haut lieu du patrimoine, le terrain dédié à l’opération se situe en rive des ordonnancements classiques du parc, sur les vestiges d’un canal remblayé qui accompagnait une ancienne limite de l’abbaye. Il y a là un bâtiment édifié dans les années cinquante avec sur l’arrière un pignon en attente. Coupé de sa relation avec le reste du parc, le terrain situé à l’arrière a été laissé en déshérence. Il est pourtant le lieu de la relation avec le monde extérieur à la limite sinueuse marquée par le passage du Croult, rivière aujourd’hui recouverte. Dans ce contexte, le projet est pensé à l’articulation de ces différentes séquences et s’insère en douceur pour conserver les structures et lignes de forces du site. Dans l’alignement de l’ancien canal, il prend la forme d’une baïonnette greffée au pignon en attente. Chaque corps de bâtiment entretient une relation particulière avec le site. L’aile est signale la présence du bâtiment dans la perspective du parc tandis que l’aile ouest est tournée vers le monde extérieur, avec la basilique en ligne de mire. Le dispositif de plan de masse traduit le mode d’organisation général du projet. Au centre du système, le bâtiment orienté Nord-Sud assure l’articulation de l’ensemble. Il abrite les circulations horizontales et verticales dans un même volume et les locaux communs. Il fonctionne comme une galerie ouverte sur le paysage du parc et distribue de part et d’autre les deux ailes occupées par des chambres et un pôle d’enseignement au RDC (aile est). Pensée comme une promenade architecturale, cette liaison évoque la figure du cloître où l’intérieur et l’extérieur sont intimement liés. Le projet cherche la meilleure insertion possible en reprenant le gabarit du bâtiment de l’infirmerie. La composition des façades réinterprète les codes classiques en proposant une rythmique régulière faite d’une alternance de pleins et de vides. Dans le paysage du parc, l’usage du bois ajoute une touche de noblesse sans chercher à rivaliser avec l’architecture monumentale des édifices de Robert de Cotte, Jacques Gabriel et Charles Bonhomme.


 


Hors de toute labellisation, le projet est conçu de façon expérimentale pour s’inscrire dans une démarche de construction bas carbone. L’usage du béton se limite aux ouvrages de fondations et aux dallages en RDC. Un effort particulier a été mené à toutes les phases du projet pour conserver apparentes les sous faces des planchers bois. Dans ce sens, un carneau technique, recouvert d’un platelage en chêne massif a été créé sous les espaces de circulation du Hall et du bâtiment de liaison à RDC. Le caractère rustique du platelage affirme le rôle transitoire de ces espaces entre l’extérieur et l’intérieur, depuis le parc jusqu’aux chambres et salles d’enseignement. L’usage du bois est systématisé, les matériaux bruts sont privilégiés ainsi que la préfabrication en atelier.

Voir en ligne : Retrouvez nos références sur Saint-Denis

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/07/2016

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous