Accueil >> Actualité >> Le centre municipal de santé Salvador Allende à La Courneuve

Le centre municipal de santé Salvador Allende à La Courneuve

Un bâtiment à peaux multiples : aluminium, façades vitrées et sérigraphiées

2 Mail de l’Egalité

Maître d’oeuvre : Valero Gadan Architectes
Maître-d’ouvrage : Ville de La Courneuve
Programme : Centre municipal de sante, restaurant municipal, parking sous terrain de 43 places
Surface : 3 400m² (SDP)
Coût : 9,5 M d’ € HT
Livraison : mars 2017
Photo : © Hervé Abbadie


Le centre municipal de santé de la ville de La Courneuve représente un enjeu urbain fort. Il est situé à l’angle du Mail de l’Egalité, mail piéton qui relie l’Hôtel de Ville au nouveau pôle administratif Mecano. Le bâtiment participe activement au grand projet de requalification de l’espace public mené par la ville. Cet édifice abrite une superposition de trois programmes distincts, classés en 3 ERP distincts : un centre municipal de santé qui occupe 3 niveaux, un restaurant municipal situé au R+4 et enfin un parking en sous-sol. Par son traitement volumétrique, l’édifice doit être compatible avec le contexte particulier du quartier marqué par la présence au sud de l’avenue Victor Hugo et des voies ferrées, au nord du mail piéton. La conception des façades et plus généralement de l’enveloppe du bâtiment, permet de répondre à cette double orientation.


Le long de l’avenue Victor Hugo, le dessin de façade en 4 lanières horizontales, surélevées au-dessus du rez-de-chaussée, permet d’alléger la perception de l’édifice. Ce jeu volumétrique permet d’animer l’alignement sur l’avenue. Cette façade épaisse forme un bouclier protecteur au sud : elle fait office d’écran thermique et acoustique. L’ensemble est revêtu d’une peau en cassettes aluminium anodisé, perforées ou embouties. La multitude de perforations de la tôle et leur densité apportent un traitement de surface à la fois homogène et vivant. Devant les espaces d’attente, les cassettes sont perforées, la façade prend la forme d’une résille qui filtre les vues et la lumière du sud.



Au nord, la façade s’ouvre sur le mail, elle devient une façade entièrement vitrée et sérigraphiée.
C’est une façade mur rideau en VEC composée de vitrages en verre extra clair et d’une sérigraphie de couleur blanche réalisée sur la face une du vitrage. Le motif de sérigraphie utilisé est identique à celui des perforations des cassettes situées sur la façade sud. Ce motif représente une tête, réalisée par l’artiste Jean-Charles Blais et inspirée du profil de Salvador Allende. Cette silhouette est une allégorie de l’universalisme du soin, qui est le propre d’un centre de santé public qui défend un accès aux soins pour tous. Le dessin de la sérigraphie est plus ou moins dense selon les besoins des locaux. A certains endroits, dans le hall du CMS ou dans l’escalier principal, l’absence de sérigraphie révèle le motif qui devient une tête de trois mètres d’envergure. On retrouve cette tête à l’intérieur du bâtiment, notamment dans le hall du CMS sous forme de sculpture : une plaque d’acier brute de 8mm d’épaisseur suspendue dans la double hauteur du hall.


Sur l’avenue, le soubassement est traité en béton coulé en place, lasuré pour offrir toute la résistance nécessaire à l’endroit où la construction est la plus sollicitée. Il contient les locaux techniques, l’aire de livraisons, 8 places de stationnement pour les ambulances et l’accès au parking souterrain de 43 places. L’ensemble, de plain-pied avec l’avenue Victor Hugo, forme un plateau extérieur couvert offrant une transparence nord-sud sur le cœur paysager de la parcelle.


A l’est et au nord, le bâtiment offre à l’alignement du mail, une transparence sur l’activité du centre médical au droit du hall principal.
Le bâtiment, en forme d’épingle à cheveux, laisse place en son centre à un petit jardin planté de bouleaux blancs et d’un magnolia. La façade intérieure est habillée de panneaux d’aluminium lisse.
L’ambiance des espaces intérieurs est volontairement très sobre. Les matériaux utilisés restent dans leur état brut : le béton brut lasuré, le bois massif ou en placage, la résine de sol.
Une attention particulière a été portée à la signalétique : les totems directionnels sont peints au pochoir sur les murs en béton lasurés. Une couleur a été attribuée à chaque service afin de faciliter l’orientation des usagers.


"Ici une figure monumentale suspendue comme une ombre immobile... et là, glissé sur les vitres, gravé dans les murs, un minuscule visage comme un signe qui recompose mille fois dans la lumière un portrait transparent et insaisissable."
Jean-Charles Blais

Voir en ligne : Retrouvez nos références sur La Courneuve

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/06/2017

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous