Accueil >> Actualité >> La Maison des femmes de l’Hôpital Delafontaine à Saint-Denis

La Maison des femmes de l’Hôpital Delafontaine à Saint-Denis

Un lieu d’accueil et de soins pour les femmes victimes de violences

1 Chemin du Moulin Basset

Maître d’oeuvre : Atelier d’Architecture Jahel
Maître-d’ouvrage : Hôpital De La Fontaine à Saint-Denis
Programme : Equipement hospitalier
Surface : 230 m²
Coût : 650 000 euros € HT
Livraison : 2016
Photo : © Hervé Abbadie


La Maison des Femmes est un pôle destiné à accueillir et orienter des femmes victimes de violence et rencontrant des problématiques très diverses liées à la maternité.


La maternité Du Coudray est le point de convergence de problématiques multiples, liées au territoire de la Seine Saint-Denis et à la situation particulière de l’hôpital Delafontaine : le public de la maternité est caractérisé par une population majoritairement fragilisée, qui souffre de la superposition des violences faites aux femmes, des mutilations sexuelles et de la précarité. L’accueil de la maternité est engorgé, des femmes souffrant de problèmes variés (grossesses à risque, forte demande d’IVG, situations d’infertilité, besoin de chirurgie réparatrice…), sont amenées à se côtoyer dans les mêmes espaces d’attente, et le programme ne comporte pas de permanence pour un planning familial. En arrivant, Ghada Hatem, nouvelle cheffe de la maternité, réagit à ces constats par un projet : c’est l’émergence du concept de la Maison des Femmes.


Elle invente un programme d’un genre nouveau, auquel la démarche architecturale de l’Atelier Jahel donne forme. Il s’agit de créer un bâtiment qui soit une unité fonctionnelle de l’hôpital et qui bénéficie de l’ensemble de son plateau technique, mais qui traite exclusivement de problèmes généralement délaissés dans ce milieu : c’est une maison d’accueil, d’écoute, et d’orientation des femmes, qui doit disposer d’une entrée indépendante sur la rue. Cette unité lie deux contraintes apparemment contradictoires : bâtiment visible à l’identité forte, facilement reconnaissable depuis l’espace public, il doit absolument préserver l’identité et l’intimité des femmes qui en franchissent le seuil. Le bâtiment doit tisser le lien entre la ville et l’hôpital : il permet de coordonner les nombreuses initiatives des acteurs locaux et de grande échelle, et doit donc contenir des permanences pour toutes sortes d’associations, ainsi qu’un centre de planning familial.


L’hôpital met un terrain à disposition pour l’opération mais ne détient pas de budget à lui allouer. Ghada Hatem mène un véritable combat pour donner vie à son projet, qui contribue à l’enrichir au fil des années. Réussissant dans un premier temps à réunir un grand nombre de fondations d’entreprises pour subventionner la construction, elle parvient à donner une dimension médiatique importante à la Maison des femmes, qui jouit par la suite du soutien de partenaires à la fois publics et privés, de la mobilisation d’artistes et de professionnels divers. Ainsi se crée un réseau de solidarité qui réunit beaucoup de bénévoles, amenés à jouer un grand rôle dans le fonctionnement futur de la Maison.


L’Atelier d’Architecture Jahel a conçu, pour répondre à l’ensemble des problématiques de ce projet, un bâtiment dont les caractéristiques principales s’éloignent des standards du milieu hospitalier. Le projet se fonde sur l’archétype de la “maison”, avec un corps central en charpente traditionnelle couronné par une toiture à double pente en zinc, grande halle que viennent moduler des “boîtes” colorées comportant les différents éléments du programme, salles de consultation, diagnostic, soin, et accueil. L’espace central contient la circulation et les espaces d’attente, démultipliés par l’interaction avec les boîtes. L’ensemble dégage un aspect chaleureux, confortable et coloré, qui permet d’accueillir au mieux le public fragile de la Maison. Le corps central se prolonge à l’extérieur par une succession de portiques jouant le rôle de seuil, qui préserve l’intimité des visiteurs, et tamise la lumière éclairant le hall en double hauteur. Une mezzanine en R+1 abrite une salle polyvalente qui accueille réunions d’équipe et d’associations.

Voir en ligne : Retrouvez nos références sur Saint-Denis

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/03/2018

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous