Accueil >> Actualité >> 98 logements sociaux à Epinay-sur-Seine

98 logements sociaux à Epinay-sur-Seine

Des volumes soulevés et fractionnés pour alléger l’échelle propre à ces bâtiments de logements

Avenue de Lattre de Tassigny / rue Dumas

Maîtres d’œuvre : Atelier Dollé Labbé Architectes
Maître d’ouvrage : SA d’HLM France Habitation
Programme : 93 logements sociaux collectifs, 5 logements sociaux individuels, 168 places de parking enterrées et 1 commerce
Surface SHON : 8 160 m²
Coût : 12,5 M d’€ HT
Livraison : Juillet 2013
© Sandro di Carlo Darsa

Le projet s’inscrit strictement dans le cadre des prescriptions architecturales et urbaines du cahier des charges de l’opération ANRU de la ville d’Epinay-sur-Seine. Il reprend les contraintes très précises pour présenter une organisation volumétrique cohérente.
Les bâtiments de 8 niveaux (R+7) sont partitionnées horizontalement en 2 parties.
Dans la première (RDC, R+1), les logements sont en duplex et en retrait de la façade. Le rapport au sol des bâtiments est ainsi très clairement formalisé. Le commerce à l’angle de l’avenue de Lattre de Tassigny et de la rue Lacepède conforte le dispositif, par sa transparence.
Les niveaux R+2 / R+7 émergent de la « ligne de flottaison » créée par les tablettes et bandeaux prévus dans les prescriptions architecturales. Afin de les alléger, ces volumes soulevés sont fractionnés verticalement en 3 parties glissant les unes sur les autres, permettant des articulations avec les niveaux inférieurs. Cette « petite complexité » redonne une échelle propre à ces bâtiments de
logements. Cette décomposition n’est pas gratuite, elle est issue de la structure du bâtiment (ascenseur / escalier) afin de ne pas porter le flanc au pittoresque, fût-il moderne.
Cette décomposition des volumes tant horizontale que verticale étant faite, il n’est plus nécessaire de complexifier les façades. Aussi les volumes qui émergent n’offrent pas de décrochements et un simple travail de modénature des façades donne une homogénéité sereine à l’ensemble.
Les 2 derniers niveaux sont traités légèrement différemment avec un élancement des percements.
On notera que l’organisation des volumes permet de donner une double orientation à 95 logements sur 98, même les 2 pièces sont concernés.
Le programme prévoyant la mise en place de logements individuels à RDC, il est apparu important de ne pas les stigmatiser (même positivement). Aussi, organisés autour de patios, ces logements ont été intégrés à l’un des bâtiments en se glissant dessous, banalisant ainsi leurs entrées dans le RDC de l’immeuble.

LA CONCEPTION DES LOGEMENTS
Si la cohérence du projet a justifié la mise en place de duplex à RDC, on peut y voir aussi une prise en compte des préoccupations des gestionnaires qui demandent de disposer de grands logements à RDC pour des questions de flux de personnes dans les étages.
L’étage courant est constitué de deux cages relativement semblables qui distribuent trois logements.
Les paliers d’étage sont éclairés naturellement. Au centre, les 4 pièces profitent d’une double orientation opposée. En extrémité, les 2 ou 3 pièces ont une double orientation sur un angle.
On notera que 30% des logements pourront profiter d’une salle de bain éclairée.

LES MATÉRIAUX
Les bâtiments sont à ossature béton, voiles, planchers et façade garantissant une bonne isolation acoustique.
Malgré les exigences thermiques une isolation par l’intérieur a été choisie afin de garantir un bâtiment durable au vrai sens du terme. Les façades sont réalisées en béton blanc autoplaçant coulé en place de teinte pierre calcaire, les parties de façades en retrait comme les fonds de loggias sont réalisées en béton gris revêtus d’une peinture minérale de teinte rouge orangée, les parties des façades situées aux étages inférieurs, sont traités en plaquettes de terre cuite de teinte brun clair pour garantir une meilleure pérennité du bâtiment et éviter les dégradations.
Diverse préoccupations environnementales ont été prises en compte :
- La ventilation des logements par façades opposées garantissant un meilleur confort d’été (97% des logements sont traversants)
- La végétalisation des terrasses y compris à RDC
- Le capteur solaire en toiture
- Les sas des halls.

Voir en ligne : Retrouver toutes nos références sur Epinay-sur-Seine

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/10/2014

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous