Accueil >> Actualité >> Collège et gymnase Jean Lurçat à Saint-Denis

Collège et gymnase Jean Lurçat à Saint-Denis

Un ensemble de pavillons couverts par une toiture métallique plissée et ondulante

rue d’Alembert

Maître d’œuvre : Mikou Design studio - Selma et Salwa Mikou, architectes
Maître d’ouvrage : Département de la Seine-Saint-Denis
Programme : pôles d’enseignement général, scientifique et technologique, restauration, cuisine centrale, internat (40 places), gymnase, logements de fonction
Surface shon : 12 000 m2
Coût : 20 M d’€ HT
Livraison : Février 2013
© Florian Kleinefenn

Le collège Jean Lurçat à Saint Denis se situe à l’articulation de deux paysages fondateurs. Un espace d’habitat pavillonnaire épars peu structuré mais constituant l’identité du quartier et présentant une échelle conviviale sur les rues Diderot et d’Alembert. Le Parc des sports qui ouvre sur le parc paysager de la Courneuve et offre au collège une perspective ouverte et un lien fort avec les espaces verts de la ville. Le collège est donc à la fois au cœur de la nature entouré par le végétal et dans une situation de grande proximité avec les pavillons qui le bordent.

L’enjeu de ce bâtiment est à notre sens de s’inscrire dans le site sans faire écran au paysage du parc, d’articuler l’échelle domestique, maternelle des maisons en offrant au quartier une transversalité de points de vus et de repères visuels qui feront du collège un atout majeur dans la composition urbaine. Cette réflexion nous a amené à concevoir le collège comme un ensemble de pavillons dans un parc. La configuration du projet en pavillons distincts permet d’une part d’identifier chacun des bâtiments d’enseignement en créant des repères visuels et des points de vus multipliés depuis l’intérieur du collège et d’autre part, d’offrir rue Diderot une lecture sensible et traversante du Collège intégrée dans un paysage végétal mis en valeur.

Ces pavillons orientés nord sud pour un ensoleillement optimal sont disposés délicatement sur le terrain en suivant une courbe qui rappelle l’emprise du parc. Ils sont unifiés par des espaces tampons ouverts sur des patios plantés permettant la transparence sur le parc des sports et par une toiture métallique plissée ondulante qui protège les patios des risques de surchauffe l’été et crée dans les jardins suspendus un microclimat. Cette toiture reprend dans l’écriture architecturale des pans métalliques l’imaginaire et l’esthétique des pavillons en introduisant des variations et un rythme dans le plissé des toitures pour créer en façade des vibrations colorées et de lumière différentes pour chaque pavillon.

De même, la spécificité des pavillons est d’autant plus affirmée par des variations dans l’expression et la tonalité du revêtement de façade qui esquissent sur la rue Diderot une palette vibrante et animée. Le revêtement est un bardage en acier inox plus ou moins poli ondulé en calepinage horizontal ou vertical et cuivré pour les pavillons des salles banalisées Tous les pavillons bénéficient de fenêtres d’angle et d’une triple orientation grâce aux ouvertures latérales sur les jardins suspendus.

Voir en ligne : Atlas des collèges

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 2/01/2014

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous