Accueil >> Actualité >> L’église Saint-Paul, quartier de La Plaine à Saint-Denis

L’église Saint-Paul, quartier de La Plaine à Saint-Denis

Un projet profilé comme un grand huit, symbole de l’infini

29, rue du Landy

Maîtres d’œuvre : Patrick Berger et Jacques Anziutti, et conception architecturale Patrick Berger
Maître d’ouvrage : Les Chantiers du Cardinal
Programme : L’église et un équipement d’accueil pour des réunions communautaires nommé « maison d’église »
Surface : 528 m² + patio 107 m² + jardin 513 m² + parking 650 m²
Coût : 1,6 M d’ € HT
Livraison : Avril 2014
© Franck Badaire

« Ce qu’il y a de remarquable dans l’architecture religieuse, c’est l’impossibilité pour l’architecte d’échapper aux modèles de l’histoire, au patrimoine subsistant, à son archéologie. C’est la seule situation de projet où le maître d’œuvre, au-delà de son œuvre propre, ne peut contourner les figures et les formes d’espace qui caractérisent le temple, qu’il soit église, mosquée ou synagogue. » (avec Jean-Pierre Nouhaud : Formes cachées, la Ville, Lausanne, 2004)

L’église Saint-Paul-de-la-Plaine s’inscrit dans un quartier de Saint-Denis en pleine transformation urbaine. Elle se situe à l’angle des rues du Landy et de la Procession. Son programme comprend deux ensembles : une église proprement dite et un équipement d’accueil pour des réunions communautaires nommé « maison d’église ». La maison est une construction basse, simple, ouverte sur la rue, prolongeant son alignement par sa mitoyenneté avec l’existant. En contraste, l’église s’élève à l’angle du carrefour, tangente à la maison et présente un volume curviligne beaucoup plus haut et plus intériorisé. La maison est dédiée à un usage quotidien, profane ; l’église est un signe construit qui représente ses pratiques. Le plan de l’église a une géométrie spécifique. Son tracé est la conjugaison de deux archétypes. Le plan basilical orientant les fidèles vers un point (l’autel) et le plan circulaire les assemblant autour d’un espace communautaire. Toute l’histoire de l’architecture chrétienne peut être expliquée par l’évolution de ces deux figures d’espace. À chaque époque, les variations de la forme de la liturgie ont dessiné celles du plan des églises. Aujourd’hui, la théologie est partagée entre l’action communautaire et l’expérience du sacré. L’intérieur de l’église traduit ici cette tension contemporaine. La géométrie en « goutte d’eau » est la synthèse d’un cercle et d’une orientation linéaire. Il en résulte un chœur triangulaire.

 

Au-delà de ce chœur, se présente un « lointain », constitué par un jardin. Le plan devient une boucle en forme d’infini. La structure de l’ensemble est faite d’un tube d’acier qui transforme cette figure en trois dimensions. Deux boucles métalliques s’appuient l’une sur l’autre et s’équilibrent à leur croisement. À l’aplomb de ce nœud, se situe le chœur. Les forces de la structure convergent vers cette « clef de voûte » tubulaire et juste en dessous, les temps de la liturgie convergent vers un autel en pierre. En ce point, l’entrelacement de la structure se divise en deux parties. La première est enveloppée de feuilles d’aluminium, elle abrite l’église. Une croix en pierre massive y est suspendue. La seconde dévoile la structure, elle enclot le jardin, un arbre symbolique y sera planté.

 

À l’intérieur de l’église, la disposition des bancs épouse la géométrie du plan, et les socles du mobilier liturgique, celle du chœur triangulaire. Ils sont les seuls éléments en pierre avec la croix extérieure. Sous la voûte en surplomb de l’église, douze baies zénithales sont réparties tout autour. La lumière naturelle s’y diffuse en projetant sur les murs le mouvement solaire. Elle représente la Cène : douze apôtres. Une treizième source de lumière, beaucoup plus ample, émane de la baie vitrée derrière le chœur. Elle symbolise Saint Paul, le treizième apôtre « illuminé ». Le fond du chœur est ouvert vers l’extérieur, vers la réalité urbaine, visible. Cette architecture a été dessinée comme un théorème où trois figures, sociologique, structurelle et symbolique, coïncident avec précision.

 

Patrick BERGER 2014

Extrait du livre ANIMAL ? (éditions Presses du Réel/PPUR)

Voir en ligne : Retrouver toutes nos références sur Saint-Denis

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/11/2014

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous