Accueil >> Actualité >> La Cité des Métiers Hermès à Pantin

La Cité des Métiers Hermès à Pantin

Un lien subtil entre un territoire d’artisanat et une architecture contemporaine sereine

rue Auger - rue Hoche

Maîtres d’œuvre : RDAI ARCHITECTURE - Réna Dumas, Denis Montel & Nicolas Karmochkine, architectes associés. RDAI : Cécile BUHAGIAR, architecte d’intérieur
LOUIS BENECH, paysagiste
CALQ, architecte d’exécution
VPGREEN, ingénierie structure et façade
ALTO, ingénierie technique et environnementale
Maître d’ouvrage : Hermès / SCI Auger Hoche
Assistant Maitrise d’Ouvrage : ASCOREAL
Programme : 4 bâtiments comprenant ateliers, bureaux, restaurant d’entreprise, production, réserve muséographique, exposition, crèche de 40 berceaux, salle de sports, stationnement 400 places, jardins thématiques.
Surface SHON : 28 000 m2
Labellisation : bâtiment BBC, certification HQE
Coût : Budget non communiqué
Livraison : Septembre 2013
Copyright photo : © Michel Denancé

Pantin, centre ville, un espace post industriel qui détermine un îlot surdimensionné. Le projet d’architecture intégré au projet urbain d’une ZAC, fait face à une nouvelle rue piétonne, ouverte dans le tissu urbain. La société Hermès installée ici depuis 1993 avec son site de production, « les Ateliers Hermès » a décidé de pérenniser sa présence, en accueillant dès 2013 au coeur de la future Cité des Métiers Hermès, 1200 collaborateurs.

Il s’agit d’imaginer ce nouvel îlot en plein centre ville en y ajustant un important programme d’activité et d’y trouver sa juste place, pour l’inscrire par son architecture dans une chronique urbaine riche. Autant de principes qui nous conduisent à ne pas chercher le spectaculaire mais bien d’en révéler le tout par le détail.

Entre 2010 et 2013, quatre bâtiments seront construits, trois existants seront rénovés, une voie est ouverte pour reconstituer cette parcelle de 16000 m2 très décousue et imbriquée entre de nombreux bâtiments existants. Ce nouvel ensemble architectural de 28000 m2, accueille aujourd’hui la Cité des Métiers au programme multiple d’ateliers, de bureaux, de restaurants, de crèche, de salle de sport, de stockages, de réserve muséographique, d’exposition, de logistique, de parking.

La cohérence urbaine et les connivences architecturales de la Cité des Métiers Hermès, entre bâtiments nouveaux et anciens, se fera par le vide, par la création d’un grand jardin de plus de 6000m2  ; ou plutôt de plusieurs jardins, cinq au total qui s’enchaînent pour former un canevas de séquences poétiques : le jardin du Douanier Rousseau, luxuriant ; le verger de la crèche avec des fruitiers, le carré indo-persan, minéral avec sa fontaine ; et la prairie d’herbes sauvages.

Le bâtiment principal de la Cité des Métiers s’aligne sur la rue piétonne par sa façade linéaire de 120 mètres qui en détermine une première ligne de composition. La conception explore ensuite tous les signes architecturaux correspondant à la tradition de la banlieue et à son apparente banalité – maisons, fenêtres, toit de zinc, grille ou portail, lierre grimpant, jardin ; chacun est réinterprété afin d’en devenir un lien subtil entre territoire patrimonial et architecture contemporaine.

Les bâtiments sont tous différents, chacun à sa manière reste sobre, massif et monochrome. Par leurs formes différentes, ils s’accordent aux gabarits et aux tonalités du quartier avec leurs façades de briques gris rosé ou brune ou blanche, percées de larges ouvertures, parfois cadrage, parfois fenêtres verticales.

La grande dimension du projet est confrontée aux différentes échelles du quartier, de très grands immeubles à l’Ouest sur la rue Hoche coté périphérique, et ailleurs le tissu urbain hétéroclite de la banlieue, mélange de maisons, d’ateliers et de logements en copropriété. L’architecture proposée y répond par des bâtiments chaque fois différents, l’un par une grande couverture qui unit et recouvre une succession de « grosses maisons », l’autre par un déhanchement uniquement lié au PLU, le dernier par un gabarit et des façades qui « imite » son voisin. Le bâtiment principal au Nord, délimité par trois rues, est séquencé par un jeu de cinq failles colorées qui mettent en relation visuelle les rues et le jardin privé, sa toiture est pliée de façon étrange, sans suivre des pentes régulières et classiques.

Avec la même volonté de jouer avec des matériaux simples, de légères et très nombreuses vibrations accrochent le regard et le perturbent : les briques sont texturées, moulées à la main, légèrement décalées dans leur alignement, parfois émaillées et brillantes, parfois en creux, les fenêtres ont des tableaux de profondeurs variables, ou les gardes corps ont un barreaudage irrégulier. Ce qui pourrait avoir l’air répétitif, presque dur, se met à vibrer et à sortir de cette apparente normalité.

Une fois à l’intérieur de ce bâtiment qui n’hésite pas à mettre en scène les conditions de confidentialité et de sécurité qu’il remplit (par les grilles très décoratives qui ornent toutes les ouvertures du rez-de-chaussée) l’accent est mis sur la lumière, la transparence, la fluidité. Les bureaux et les ateliers regardent vers le jardin, par des jeux de balcons, de coursives en bois et de mezzanines. Les distributions verticales s’organisent autour des failles colorées, donnant forme à une communauté de travail où certains créent et d’autres produisent et diffusent.

Les bâtiments assument cette dualité : côté rue, un visage urbain qui exprime la pérennité ; côté cœur d’ilot et jardins, ils laissent toute sa place à la transparence et à la légèreté. Par un dessin régulier et volontaire, les différentes architectures de l’ensemble des 4 bâtiments inspirent un sentiment d’unité et de sérénité.

C’est un projet urbain qui s’appuie sur l’histoire et la force des lieux, et qui par son architecture à la fois subtile et forte, s’accorde et révèle la richesse de la ville. La diversité des savoirs faire d’Hermès s’y coordonne naturellement…

Voir en ligne : Retrouver nos précédentes références sur l’observatoire des CAUE

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 15/10/2013

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous