Accueil >> Actualité >> Melrose Sheds à Pantin

Melrose Sheds à Pantin

Un projet de logements en autopromotion, auto-monté et autogéré

12, rue Florian

Maître d’œuvre : « Des Clics et des Calques », Camille Besuelle, Nathalie Couineau et Mathlide Jauvin, architectes
Maître d’ouvrage : SCCA Florian (société civile de construction et d’attribution)
Programme : 12 logements et un local professionnel, rassemblant 8 copropriétaires dont 2 pour les architectes
Certification : Objectif BBC, sans labellisation
Surface SHON : 800 m2
Coût : 1,6 M€ HT
Livraison : Juin 2013
© Juan Sepulveda Grazioli

A deux pas du canal de l’Ourcq et des Grands Moulins de Pantin, dans un quartier industriel en pleine mutation, un entrepôt désaffecté devient une opportunité pour une petite équipe d’investisseurs privés de créer ce projet d’habitat groupé. Tout en intégrant une dimension collective qui s’exprime entre-autres par les choix des équipements techniques, chaque appartement est dessiné selon les critères de son propriétaire : il bénéficie d’une entrée individuelle et d’espaces extérieurs privatifs. Pour un meilleur suivi de chantier, les architectes décident également d’y implanter leurs locaux.

Construit en cœur d’îlot, cet entrepôt des années 50 est fidèle aux typologies industrielles : il occupe l’intégralité de la parcelle et est éclairé zénithalement au Nord par de grands sheds. L’enjeu principal était d’intervenir dans le respect du gabarit et de la structure existante, tout en assurant des apports lumineux généreux pour l’ensemble des logements. La toiture est donc évidée en partie, sur 8m de large au centre, afin de créer une cour commune éclairant les logements, et sur 4 m de large en extrémité, de façon à créer des patios privatifs et rendre les logements traversant. Les appartements de l’étage bénéficient d’un volume atypique et d’un éclairage zénithal, tandis que ceux du rez-de-chaussée s’ouvrent en double-hauteur sur la cour.

La toiture béton existante et la structure qui la supporte sont conservées. Ne pouvant pas être sur-sollicité, l’ensemble de la nouvelle structure est pensée de façon totalement autonome : planchers et poteaux bétons viennent donc se nicher sous la toiture. Celle-ci est ensuite recouverte de panneaux sandwichs isolants. Le remplissage en façade se fait en briques mono-mur, et un matelas supplémentaire d’isolant intérieur limite les ponts thermiques.

Le bâtiment d’origine, squelette de béton et de métal, a fortement orienté le choix des matériaux. Le métal est décliné à différentes échelles du logement : des profilés en acier brut sont employés pour constituer les structures des planchers intermédiaires de mezzanines, pour les garde-corps et les escaliers intérieurs. Les sous-faces des nouveaux planchers béton sont également laissées brutes. En toiture nord, la trame d’origine des verrières des sheds, est restituée par des vantaux de 2m haut par 50cm de large en aluminium.

Les nouvelles façades redonnent à lire le profil du shed depuis la cour : elles sont revêtues d’un bardage en douglas autoclave, d’où les baies et leur pré-cadre aluminium ressortent comme autant de perforations.

Une façade de 42 cm d’épaisseur, un chauffage par le sol alimenté par une chaufferie collective au gaz, une VMC inversée (qui évite les installations techniques en toiture), sont les principaux garants d’une faible consommation d’énergie. Ce à quoi s’ajoutent un système de végétalisation du parking, des locaux vélos aux dimensions généreuses, ainsi que des espaces extérieurs non cloisonnés, comme autant d’atouts environnementaux et de bien-être social.

Voir en ligne : Retrouver toutes nos références sur Pantin

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/04/2014

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous