Accueil >> Actualité >> Pierrefitte-sur-Seine, Résidence Jean Ferrat

Pierrefitte-sur-Seine, Résidence Jean Ferrat

11 maisons individuelles en bande

26 - 28, rue Anatole France

MAITRE D’OEUVRE : Arc / Pôle
MAITRE D’OUVRAGE : OSICA
PROGRAMME : construction de 11 maisons en bande et aménagement de 13 places de stationnement
Statut d’occupation : locatif social
SURFACE SHON : 1073 m²
COÛT : 1,2 millions d’euros HT
LIVRAISON : juin 2010

Le programme engagé dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain comprend 11 maisons individuelles en bande. Il s’inscrit dans un site tranquille mais enclavé, entre des parcelles pavillonnaires en lanières et un vaste terrain de sport municipal. Ce site atypique est composé de deux parcelles disposées perpendiculairement dont l’agencement forme un T :
-  La barre transversale du T est orientée nord-sud. Sa largeur permet d’accueillir la partie construite du projet dont le plan-masse présente une suite de redents s’ouvrant au sud et à l’ouest.
-  La barre verticale du T est perpendiculaire à la rue Anatole France. Sa faible largeur rend toute construction difficile. Elle est donc traitée en impasse bordée d’arbres et aménagée de quelques places de parking.
La configuration particulière du site a amené les architectes à aligner les façades très en retrait de la rue. Le plan-masse, adossé au mitoyen Est, dégage une venelle piétonne à l’ouest pour la desserte des maisons.
Une trame commune règle les typologies des maisons. Le plan en L des T4 et T5, qui composent l’essentiel du programme, favorise les meilleures expositions au sud et à l’ouest, malgré les contraintes de prospect et d’écartement dans un terrain long et étroit. Les deux seuls T3 sont disposés à chaque extrémité du terrain.
La volumétrie en redents, avec alternance de saillies et de retraits permet de déjouer l’étroitesse du site en optimisant les expositions variées et les vues biaises et en préservant l’intimité des parcelles voisines :
- Les façades ouest comprenant des vues principales sont reculées à 8 mètres du mitoyen. Ce sont celles des chambres et des séjours, au rez-de-chaussée et au 1er étage.
- Les façades ouest, intégrant des impostes vitrées, sont implantées à 4 mètres du mitoyen. Les impostes sont disposées à 1,7 mètres de hauteur pour échapper au recul de 8 mètres et protéger les séjours des vues depuis la venelle.
- Les façades nord, est et sud sont aveugles et reculées de 2,5 mètres des mitoyens conformément au POS, mais l’impossibilité d’ouvrir des baies est déjouée par l’utilisation de pavés de verre sablé qui permettent l’éclairement naturel des salles de bain et des escaliers de duplex.
- Les baies des séjours s’ouvrent au sud sur des jardinets privatifs d’environ 25 m2, en pleine terre. Protégés de la venelle par des murets en pierre beige et par des haies doublées de grilles en serrurerie, ces jardins clos filtrent les accès et offrent à chaque maison un prolongement extérieur appropriable par les habitants.
Sur la façade principale, côté venelle, l’alternance de volumes RDC, R+1 et R+2 fait écho à l’échelle des pavillons voisins. En accrochant la lumière aux diverses heures du jour, les volumes saillants rythment la profondeur de la parcelle.
A l’est, depuis le terrain municipal, le projet présente des volumes aveugles dont l’aspect unitaire résonne avec la masse du gymnase voisin et contraste avec la domesticité hospitalière de la façade ouest. Le long socle horizontal en béton planche est surmonté d’un volume blanc, en retrait de 2,5 mètres et de trois volumes cintrés en zinc qui pointent vers le ciel.
Pour les matériaux employés, pas de dépenses luxueuses mais des matériaux pérennes et variés. La structure et les façades sont en béton au rez-de-chaussée, en parpaings aux étages. Le traitement du socle de rez-de-chaussée en béton brut sur les mitoyens extérieurs passe en enduit gris dans les jardins clos. En cours de chantier, les murets prévus en béton planche se sont habillés de pierre rustique.
Les volumes sur la venelle et les jardins clos alternent l’enduit blanc pour accrocher la lumière avec la plaquette de brique blanc cassé. Les acrotères et les appuis de fenêtres sont soulignés de béton gris. La venelle et le parking mettent en œuvre une densité de végétation susceptible de produire des ambiances différenciées : gazon, buissons, arbres, arbustes et plantes grimpantes bordent les espaces de cheminement extérieur traités en béton désactivé. Les places de stationnement sont en dalles de béton à picots engazonnés de type « evergreen ».
Les couvertures sont des toitures terrasses plates, sauf pour les trois volumes R+2 des T5, traités avec un toit en zinc cintré et à simple pente. Quelques panneaux solaires, destinés à la production d’eau chaude, sont disposés sur les toits-terrasses R+1.
Le stationnement est prévu pour 13 véhicules. Une aire de retournement formant placette est prévue entre les places de parking et les logements.

Voir en ligne : Retrouver nos précédentes références sur l’observatoire des CAUE

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

publié le 1er/10/2011

CAUE93.fr

La Newsletter du CAUE 93

L'actualité de l'architecture de l'urbanisme et du paysage en Seine-Saint-Denis

Télécharger les dernières Newsletters

Suivre la vie du site RSS

abonnez-vous